MonYoga.fr

Le site de l'association YOG'ART dédié au Yoga et à la pratique du Yoga

Kundalini-Shakti

21 octobre 2014

Kundalini-Shakti

Nous remercions Michel Chauvet pour cet extrait Kundalini-Shakti tiré du livre " Le Tantrisme et le système énergétique de la Shakti ". Michel Chauvet est professeur de yoga et webmaster du portail francophone du yoga yoganet.


 


Le système énergétique de la Kundalini,..., est un système extrêmement logique et rigoureux. Il s’appuie avant tout sur l’observation de la réalité et de la manifestation toute entière. Il offre dans cet exercice, le pouvoir de remonter de façon directe et sans détour à ce qu’il convient de connaître au plus haut : à savoir la condition native de la personne et de toute individualité. Cette remontée effectuée dans le sens inverse de la création se trouve barrée inévitablement par des défenses redoutables constituées essentiellement par des peurs incoercibles à l’entendement ordinaire. Seul à vrai dire, le yoga s’est donné les moyens méthodiques pour les franchir. Néanmoins et ce toujours dans la tradition du Yoga, il n’existe pas de méthode exacte, il n’est pas de voie toute faite. Ordinairement, dans le monde des phénomènes, nous ne connaissons que la primauté de la cause et de l’effet. Mais en dehors de toute contingence et de par la magie même inhérente à ce monde, il existe toujours la possibilité pour chacun, dans l’absolu, de pouvoir outrepasser ces difficultés. Dans les textes, il nous est dit, dans cette même perspective qu’il n’y a de fait aucun moyen pré-établi, pour s’exercer à la connaissance véritable. Il appartient à chacun, selon sa propre façon, de s’ouvrir à cette réalité et de la recevoir en parfaite acceptation de cela.

 

 

Tout de même encore un mot à ce sujet : cette dernière réalité ne peut être isolée, objectivée comme une chose dont on pourrait avoir la pleine et entière utilité, ou encore contempler sa forme et ses pourtours avec la même exactitude que dans le monde manifesté. Au contraire, cette remontée vers le plus haut ne fait qu’ouvrir le plus souvent une porte, elle-même donnant sur d’autres portes. Ce cheminement révèle ainsi le champ immense de la conscience et de l’énergie qui lui est indissociablement associée. Le parcours des 36 Tattvas représente ainsi autant de possibilités « d’ouverture » à la Réalité, chaque méditation sur l'un de ces éléments créateurs peut ouvrir en soi une nouvelle perception, une nouvelle compréhension. Dans ce cheminement tout intérieur, chaque niveau de la manifestation, chaque élément distingué devient une véritable porte d’accès à la totalité et lorsque l’individu reconnaît la partie, il reconnaît par là même sa propre essence qui est le tout. Le système énergétique est l’apanage du système tantrique. L'énergie associée aux 36 Tattvas, lui est, en vérité, complètement inhérente. Comme il existe une parfaite équivalence entre l’être et sa puissance, c’est par l’énergie adéquate, que se révèlera le champ immense de la conscience. Il appartient ensuite à chacun selon ses moyens, sa volonté, et surtout son ardeur, de s’y enfoncer alors toujours plus profondément.

 

 

Cette profondeur est justement l’aventure amoureuse prônée par le tantrisme; évoquée au détour d’une phrase, brusquement ressentie d’entre les mots, portée par un élan du coeur, ou par une énergie venue d’ailleurs, ou encore en l’écho d’une forme issue de l’espace, l’esprit peut alors s’y abîmer librement, en toute insouciance et en pleine efficience. Cette profondeur du coeur reste pour toujours la motivation du Soi, l’être y puise la connaissance de sa propre personne, y fulgurant et y jaillissant de toutes ses énergies, en même temps qu’il s’y absorbe et s’y résorbe jusqu’au plus profond. L’être paradoxal voué à cette dualité apparente, fonde  dans ce creuset fait sacrifice, un triple monde : le sujet, l’objet et la relation qui s’exerce entre eux.

 

Mais au delà de cet aspect vertigineux de la réalité, il existe pourtant bien un fond qui même s’il est sans fond, se trouve être un repos, un havre de paix et une véritable bénédiction. Pour celui ou celle qui, ne s’attachant plus à rien, décide alors de vivre en se trouvant suspendu dans ce vide, il ne s’avère en fait nulle chute et ne se trouve en fait nulle crainte. Même si les jours lui sont comptés, celui ou celle qui trouve ce repos et réside dans cette seule demeure, est véritablement un être digne. Puisant dans cette efficience, il exerce les dons et en fait sa pleine liberté. Cette sensation est indescriptible, elle ne peut être éprouvée que par soi même, et s’il convient de désigner, à cette seule épreuve, un centre bien improbable, ce ne peut être justement que celui d’un coeur universel empli de pure adoration, car rendu corps et âme à la divinité.

Hindouisme et Yoga: Mort et Réincarnation Natarâja, le Seigneur de la Danse