MonYoga.fr

Le site de l'association YOG'ART dédié au Yoga et à la pratique du Yoga

Hindouisme et Yoga: Sivaratri 2011

13 mars 2014

Hindouisme et Yoga: Sivaratri 2011

Un grand merci à Michel Chauvet, professeur de yoga et webmaster du portail francophone du yoga, Yoganet, qui nous livre son témoignage à l'occasion de la Siavaratri 2011 à Varanasi...

Nous voilà arrivés quelques jours avant la Shiva Ratri 2011 à Varanasi. Nous sommes descendusà l'hôtel Temple of Ganges près d'Assi Ghât. Il s'agit de l'accès au Gange le plus au Sud de Bénarès.Le lendemain après avoir baladés dans la ville, nous prenons le bateau pour retourner à l'hôtel. Le soleil est à son zénith et inonde de sa lumière fabuleuse la cité légendaire.Diamond, boatman né à Varanasi, s'éloigne en quelques coups de rame de Dashawamedh Ghat. Tout de suite, le tumulte de la ville s'estompe et le Gange nous offre la tranquillité de ses eaux paresseuses. En cette période printanière, son lit est bas et le fleuve se prélasse dans la chevelure de Shiva en la forme d'un magnifique croissant de lune. Ici Ganga est vénérée comme une Déesse, elle est la conscience faite rivière qui coule en se jouant de la pente terrestre. Nous passons en revue une galerie de palais antiques à l'architecture invraisemblable. Sur les rives du Gange, tout en haut des marches, des milliers d'années nous contemplent dans un silence de pierre. Varanasi la cité de rêve ! Bénarès l'éternelle ! Kashi la résidence de Shiva !Impossible de contenir mon émotion ... L'aura de beauté est si forte qu'elle me transporte hors du temps ... dans les bras de Shiva ! Il est dit que pour celui qui vient en pèlerinage à Varanasi, le coeur plein d'Amour pour son immense personne, Shiva y dévoile sa nature auspicieuse et gracieuse. Impossible de contenir mon émotion ... L'aura de beauté est si forte qu'elle me transporte hors du temps ... dans les bras de Shiva !

 

Nous voilà arrivés quelques jours avant la Shiva Ratri 2011 à Varanasi. Nous sommes descendusà l'hôtel Temple of Ganges près d'Assi Ghât. Il s'agit de l'accès au Gange le plus au Sud de Bénarès.Le lendemain après avoir baladés dans la ville, nous prenons le bateau pour retourner à l'hôtel. Le soleil est à son zénith et inonde de sa lumière fabuleuse la cité légendaire.Diamond, boatman né à Varanasi, s'éloigne en quelques coups de rame de Dashawamedh Ghat. Tout de suite, le tumulte de la ville s'estompe et le Gange nous offre la tranquillité de ses eaux paresseuses. En cette période printanière, son lit est bas et le fleuve se prélasse dans la chevelure de Shiva en la forme d'un magnifique croissant de lune. Ici Ganga est vénérée comme une Déesse, elle est la conscience faite rivière qui coule en se jouant de la pente terrestre. Nous passons en revue une galerie de palais antiques à l'architecture invraisemblable. Sur les rives du Gange, tout en haut des marches, des milliers d'années nous contemplent dans un silence de pierre. Varanasi la cité de rêve ! Bénarès l'éternelle ! Kashi la résidence de Shiva !Impossible de contenir mon émotion ... L'aura de beauté est si forte qu'elle me transporte hors du temps ... dans les bras de Shiva ! Il est dit que pour celui qui vient en pèlerinage à Varanasi, le coeur plein d'Amour pour son immense personne, Shiva y dévoile sa nature auspicieuse et gracieuse. Impossible de contenir mon émotion ... L'aura de beauté est si forte qu'elle me transporte hors du temps ... dans les bras de Shiva !

 

Il est dit que pour celui qui vient en pèlerinage à Varanasi, le coeur plein d'Amour pour son immense personne, Shiva y dévoile sa nature auspicieuse et gracieuse. Je savoure sa présence ineffable et mon coeur enfle démesurément afin d'accueillir cet instant d'éternité. Après quelques jours, ma décision est prise, il faut nous rendre à Vishwanat Temple, le lieu le plus sacré pour les Shivaïtes, là où réside le Shiva Lingam le plus révéré et le plus adoré de toute l'Inde. La veille déjà, nous avions échoué à l'entrée - un oubli de passeport - mais j'avais ressenti dans les ruelles avoisinantes une énergie spirituelle hors du commun. Ma colonne vertébrale s'était mise à frissonner et mon corps s'était rempli d'une grande énergie. Je m'étais même surpris à déclamer dans les rues le célèbre mantra de Shiva : OM Namaha Shivaya ! Cette fois-ci, nous nous préparons minutieusement, nous n'emportons que le strict nécessaire, pas d'appareil photo, pas de mobile, pas de sac à dos. Apprenant incidemment qu'une touriste française s'est fait délestée de 4000 roupies (70 euros) par un brahmane indélicat, nous prenons juste un peu d'argent pour être sûrs de ne pas nous faire abuser à l'intérieur du Temple. Je pare mes épaules de Vibhuti, la cendre sacrée brûlée 36 fois, en la forme des trois traits propres aux Shivaïtes.

 

Je passe à mon cou, le collier de rudraksha ou mâlâ, chapelet utilisé par les dévots de Shiva. Un dernier baiser à mon pendentif en argent représentant le Svayambhu Linga, (un des Shiva Lingam présent dans le centre de la base, Mulâdhara Chakra), et nous voilà partis dans les ruelles en direction du Golden Temple. Le Vishwanat Temple est aussi appelé Le Temple d'Or à cause des 800 kilos d'or qui couvrent le sommet de son temple ainsi que de ses portes principales. L'on comprend pourquoi il est si bien protégé ! A chacun des croisements de ruelles nous délivrons à la compagnie notre question du jour : « Golden Temple ? ». Il se trouve toujours un indien pour nous indiquer la bonne direction. A leur mine désabusée, nous comprenons qu'il n'y a que les touristes pour ignorer le chemin ! Au plus nous approchons du temple au plus la présence policière est forte. Il y a deux mois à peine, a eu lieu un attentat à la bombe sur Main Ghât. Deux enfants, n'ont pas survécus au souffle de l'explosion ! Déboulant d'une ruelle si étroite que nous devons marcher les uns derrière les autres, nous tombons nez à nez sur l'entrée du Temple. Nous parvenons au contrôle, dans un petit bureau ouvert face au temple. Un policier à l'air débonnaire me demande d'un ton administratif : « Do you believe in Lord Shiva ? » La question parait surréaliste mais je la prends très au sérieux et déclare adorer Shiva. Je dénude mes épaules et lui montre les preuves de mon appartenance à la secte shivaïte. Le policier tique et ne peut s'empêcher d'interpeller son compagnon pour lui montrer ce fait apparemment inhabituel : Le blanc porte les 3 traits de Shiva ! D'un air plus amusé et compatissant le policier me pose une nouvelle question : « Do you know the mantra of Shiva ? » Evidemment je m'empresse de réciter le célèbre mantra : « Om Namaha Shivaya » Il me corrige un peu en reprenant le mantra selon la diction locale. J'obtempère bien volontiers. Mon compte est bon ! J'obtiens le précieux sésame pour entrer au Temple d'Or ! Après des fouilles au corps très minutieuses, je passe le dernier contrôle et me voilà dans une petite ruelle descendant vers le temple. Nous en profitons pour acheter des offrandes, un pot de terre cuite contenant du lait et une fleur rouge ainsi qu'une boule de Datura, la plante associée à Shiva. Nous confions à notre vendeur, le soin de garder nos chaussures.

 

Enfin me voilà dans l'enceinte du Temple ! Il est Midi et sans le savoir, une Puja se prépare. Nous nous approchons du temple principal, là où sied le Shiva Lingam tant vénéré. Impossible de se tromper car l'assemblée s'y bouscule déjà ! Je tente de m'insérer dans la file d'attente, mais ma condition de touriste égaré n'émeut pas les participants, tous m'indiquent la fin interminable de la queue. Wouaah ! Je n'avais pas imaginé qu'il y ait tant de monde ! La file d'attente semble commencer à la sortie du Temple ! Nous implorons les indiens pour nous laisser une place ! Ma compagne s'insère rapidement grâce à la gentillesse d'un pélerin. Mais pour ma pomme, je n'obtiens que des froncements de sourcils ! Soudain un gros singe tire le sari d'une indienne, juste à mon niveau. La gente dame se trouve malmenée par l'animal et recule pour tenter de se défaire de son emprise. Je prends naturellement la place laissée libre. Merci Monsieur le Singe ! Cela ne pouvait pas mieux tomber ! Un instant je crois à la magie d'une intervention divine ! Nous nous rapprochons petit à petit de l'autel central. Les brahmanes en charge du flot humain, appellent une nouvelle fournée. Me voilà tout près de l'Autel. Des Brahmanes en robe rouge occupent exclusivement la place. Durant la cérémonie, nous n'avons droit qu'à regarder depuis les quatre portes de l'autel. La Puja bat son plein, le son du Damaru rythme la scène, un officiant bat le glas d'une grosse cloche en bronze avec force conviction, les mantra montent et montent encore en puissance. Le son est assourdissant ! Le Linga est arrosé de fleurs et de lait, un Brahman, fait tournoyer un encensoir enfumant tout l'espace de l'autel. Une poudre rouge est envoyée à la volée dans un épais nuage. L'espace est saturé de senteurs incroyables. Il semble que ce soit le point d'orgue, les participants exultent et lèvent les bras en criant à pleins poumons : Maha Dev ! Maha Dev ! Posté à l'entrée, le fonctionnaire de police crie Bom Bom Bolé ! Je suis submergé par une énergie hors du commun. J'ai l'impression manifeste que quelque chose descend depuis le haut du temple, directement dans le puit de science où trône le Linga. Cette énergie surnaturelle s'expand tout à coup et déborde par les portes de l'autel. Je la reçois aussitôt dans tout mon corps ! Mon c½ur est soulevé par une énergie d'Amour incommensurable ! Shiva ! C'est Shiva ! Je ressens la présence de Shiva ! Un instant ma conscience s'échappe du temps ordinaire. J'ai toujours mon pot à la main, avec sa fleur rouge. Un souvenir d'enfance me revient ! J'étais déjà dans cette sorte de posture ! Je reçois une énergie de Grâce ! Shiva est l'amour de ma vie ! Je suis venu à ses pieds et enfin je reçois son salut ! Mon âme se trouve comblée jusqu'au tréfonds !

 

Enfin me voilà dans l'enceinte du Temple ! Il est Midi et sans le savoir, une Puja se prépare. Nous nous approchons du temple principal, là où sied le Shiva Lingam tant vénéré. Impossible de se tromper car l'assemblée s'y bouscule déjà ! Je tente de m'insérer dans la file d'attente, mais ma condition de touriste égaré n'émeut pas les participants, tous m'indiquent la fin interminable de la queue. Wouaah ! Je n'avais pas imaginé qu'il y ait tant de monde ! La file d'attente semble commencer à la sortie du Temple ! Nous implorons les indiens pour nous laisser une place ! Ma compagne s'insère rapidement grâce à la gentillesse d'un pélerin. Mais pour ma pomme, je n'obtiens que des froncements de sourcils ! Soudain un gros singe tire le sari d'une indienne, juste à mon niveau. La gente dame se trouve malmenée par l'animal et recule pour tenter de se défaire de son emprise. Je prends naturellement la place laissée libre. Merci Monsieur le Singe ! Le Linga est arrosé de fleurs et de lait, un Brahman, fait tournoyer un encensoir enfumant tout l'espace de l'autel. Une poudre rouge est envoyée à la volée dans un épais nuage. L'espace est saturé de senteurs incroyables. Il semble que ce soit le point d'orgue, les participants exultent et lèvent les bras en criant à pleins poumons : Maha Dev ! Maha Dev ! Posté à l'entrée, le fonctionnaire de police crie Bom Bom Bolé ! Je suis submergé par une énergie hors du commun. J'ai l'impression manifeste que quelque chose descend depuis le haut du temple, directement dans le puit de science où trône le Linga. Cette énergie surnaturelle s'expand tout à coup et déborde par les portes de l'autel. Je la reçois aussitôt dans tout mon corps ! Mon c½ur est soulevé par une énergie d'Amour incommensurable ! Shiva ! C'est Shiva ! Je ressens la présence de Shiva ! Un instant ma conscience s'échappe du temps ordinaire. J'ai toujours mon pot à la main, avec sa fleur rouge. Un souvenir d'enfance me revient ! J'étais déjà dans cette sorte de posture ! Je reçois une énergie de Grâce ! Shiva est l'amour de ma vie ! Je suis venu à ses pieds et enfin je reçois son salut ! Mon âme se trouve comblée jusqu'au tréfonds !

 

La Puja est finie, un jeune brahmane m'invite à quitter les lieux, il faut laisser la place aux autres, ils sont innombrables ! Mais, là d'où je me tiens, je n'ai pas pu apercevoir le Linga. Je veux absolument voir le Linga. Je deviens hystérique et lui répond comme une incantation: « I want see the lingam, I want see the lingam, I want see the lingam … » Le brahmane connaît depuis sa tendre enfance la ferveur des dévots de Shiva. La pression de sa main se fait plus molle. Il continue pourtant à me demander de partir, comme pour faire son devoir…. Un instant je plonge mon regard dans ses yeux. Dieu quelle douceur ! Je n'avais jamais encore vu autant d'amour naturellement manifesté dans les yeux. En réalité, je n'avais jamais encore vu une personne aussi belle ! Son visage est l'expression même de la dévotion, le jeune homme est empreint d'une grâce naturelle, presque effrayante ! D'une aucune manière il m'empêche, au contraire il semble favoriser mon élan. Profitant de la mêlée qui s'en suit, je trouve une place plus appropriée et enfin accède à la vision tant convoitée. Le Shiva Ligam du Temple d'Or trône tout au fond de son puit de science. Son sommet suinte d'eau du Gange et de lait, il baigne au milieu des couronnes de fleurs et des fruits de Datura. Son aura est sans commune mesure, il semble comme un fruit confit baignant dans son jus. Pleinement satisfait, je m'éloigne et vient m'assoire dans une allée du temple sous les colonnades. Je prends Vajrasana et médite les yeux fermés. Mon c½ur est encore en émoi, je dois mettre mes lunettes de soleil car mes yeux pleurent doucement. Je reste ainsi sans un mot, essayant de contenir mon émotion. Mon pèlerinage à Varanasi est achevé, le reste ne sera plus qu'une formalité.

 

La présence de Shiva est ici ordinaire, les brahmanes du temple d'Or en ont une commande simple et naturelle. Cela est pour eux l'enfance de l'art ! Le culte immémorial transmis depuis des générations est toujours aussi ordinairement vivant, naturellement efficient ! Quelle différence peut-il exister entre Shiva et le Bhakta ? Lorsqu'il s'agit de ressentir la présence de Shiva, il n'y en a plus aucune !

Hindouisme et Yoga: l'idéal du Sâddhu Christianisme et Yoga: Dom le Saux